Actualités régionales

Pour une année sereine avec votre animal
09/01/2018

Pour une année sereine avec votre animal

Voici quelques conseils incontournables à la manière de bonnes résolutions pour passer l’année 2018 le plus sereinement possible avec votre animal.    Les puces et tiques, j’éliminerai Il est indispensable de traiter votre chien ou votre chat tous les mois, même l’hiver, avec un antiparasitaire efficace. En effet, au moindre redoux en automne ou au printemps, les parasites en profitent ! Et, malheureusement, lors d’infestation par les puces, une seule de ces petites bêtes suffit à infester également la maison : difficile alors de s’en débarrasser ! La prévention reste donc de mise. Quant aux tiques, n’oubliez pas d’inspecter votre chien à chaque retour de balade.   Les dates des vaccins, je respecterai Si un délai de 1 ou 2 semaines de retard peut être accordé pour certains vaccins, celui contre la rage est soumis à une législation stricte et un vaccin effectué avec un seul jour de retard ne sera valable qu’après 21 jours.   Concernant les autres vaccins, après 4 semaines de retard, le protocole doit être repris depuis le départ avec deux injections à un mois d’intervalle.  Il est donc préférable de respecter les dates indiquées de vaccin.   Toutes les semaines, je le brosserai La perte de poils est un calvaire pour nos intérieurs mais également pour notre animal et notamment les chats. En effet, ils avalent beaucoup de poils en se léchant, cela provoque la formation de boules de poils intestinales qui peuvent engendrer de la toux, des vomissements et un ralentissement du transit. Un brossage régulier permet de limiter l’ingestion de poils par le chat. La beauté du pelage dépend aussi de cette élimination des poils morts et votre aspirateur sera moins souvent sollicité.   Les balades, je multiplierai Les chiens ont besoin d’au moins une promenade quotidienne pour ceux qui profitent d’un jardin, plus pour ceux qui vivent en appartement ! Cela est essentiel pour leur équilibre ! Mais parlons aussi des rongeurs et lapins, ils ont aussi envie de se balader ! Il est important de les laisser sortir de leur cage au moins une fois par jour pendant 30 minutes, sous surveillance, bien sûr ! Quant aux chats, pour tous ceux qui ne peuvent pas sortir, il est alors nécessaire d’enrichir leur environnement avec des jouets divers et variés, une distribution de croquettes en de nombreux repas…   Les vermifuges, je donnerai La vermifugation permet de préserver la santé de votre animal, d’améliorer ses défenses immunitaires… Il est généralement conseillé de vermifuger avec des produits efficaces tous les 3 mois pour les chiens et chats adultes. Les chiots et chatons doivent, eux, être vermifugés tous les mois jusqu’à 6 mois.   Une alimentation adaptée, je choisirai Tout animal a besoin d’une alimentation adaptée à leurs besoins physiologiques ou médicaux. Ainsi, nous vous conseillons de choisir un aliment sous forme de croquettes selon l’espèce, la taille, l’âge mais aussi le statut physiologique de votre chien ou votre chat (stérilisation, embonpoint, niveau d’activité…). Il faut aussi tenir en compte une éventuelle prescription de croquettes médicalisées si votre animal est malade. Pour les rongeurs et lapins, l’alimentation est également très importante avec généralement du foin de qualité, de la verdure et des granulés pour éviter le tri à choisir en fonction de l’espèce (taux de protéines, lipides, calcium… différents). N’hésitez pas à nous demander conseil, nous pouvons vous aider. Cette liste de conseils n’est, bien sûr, pas exhaustive mais ces quelques résolutions vous permettront d’offrir toutes les chances à votre animal de passer une année en pleine forme !  Bonne année 2018 à tous
Manifestations canines - Janvier 2018
02/01/2018

Manifestations canines - Janvier 2018

  Séances de confirmation : 05 janvier 2018 à 75000 Paris Le Bourget Organisateur : Societe Canine Regionale de l'Ile de France Contact : Enva - batiment letard Avenue du general de gaulle 94704 Maisons Alfort Cedex Téléphone : 01.41.79.33.50 Email : scif@wanadoo.fr 10 janvier 2018 à 85000 La Roche Sur Yon Organisateur : Association Canine Territoriale de Vendee Contact : V Piniarski Le desert 85190 Beaulieu Sous La Roche Email : veronique.piniarski@wanadoo.fr 13 janvier 2018 à 59000 Ostricourt Organisateur : Association Canine Territoriale Club Saint Hubert du Nord 26 residence charles dupas 59111 Lieu St Amand Téléphone : 03.27.35.80.49 Email : chsnpresidence@orange.fr 13 janvier 2018 à 33000 Bordeaux Organisateur : Association Canine Territoriale de la Gironde 25 rue de la gravette 33320 Eysines Téléphone : 05.56.39.24.85 Email : canine.gironde@orange.fr 20 janvier 2018 à 13000 Cavalaire Sur Mer Organisateur : Association Canine Territoriale Societe Canine Midi Cote d'Azur 180 chemin des valladets 13510 Eguilles Téléphone : 04.42.50.25.28 Email : president@scmca.com 21 janvier 2018 à 01000 Peronnas Bourg En Bresse Organisateur : Association Canine Territoriale Rhone-Alpes Contact : Jean-Louis Escoffier actra delegation ain - 331 rue chopin 01000 Saint-Denis Les Bourg Téléphone : 04.74.32.62.75 Email : contact@canineain.com 27 janvier 2018 à 66000 Perpignan Organisateur : Association Canine Territoriale du Languedoc-Roussillon Parc d'activites aftalion - 2 rue francois perroux 34671 Baillargues Cedex Téléphone : 04.67.70.10.05 Email : actlr34@free.fr Expositions canine : Exposition canine nationale et internationale - 6 et 7 janvier 2018 à 75000 Paris Le Bourget Organisateur : Societe Canine Regionale de l'Ile de France Contact : Enva - batiment letard - Avenue du general de gaulle 94704 Maisons Alfort Cedex Téléphone : 01.41.79.33.50 Email : scif@wanadoo.fr Exposition canine nationale et internationale - 14 janvier 2018 à 33000 Bordeaux Organisateur : Association Canine Territoriale de la Gironde Contact : 25 rue de la gravette 33320 Eysines Téléphone : 05.56.39.24.85 Email : canine.gironde@orange.fr Exposition canine nationale - du 20 janvier 2018 au 21 janvier 2018 à 13000 Cavalaire Sur Mer Organisateur : Association Canine Territoriale Societe Canine Midi Cote d'Azur Contact : 180 chemin des valladets 13510 Eguilles Téléphone : 04.42.50.25.28 Email : president@scmca.com Exposition canine nationale - du 20 janvier 2018 au 21 janvier 2018 à 97000 Le Tampon Organisateur : Association Canine Territoriale de la Reunion Contact : Jean-Luc Chane Kan 97430 Le Tampon Email : scrr974@gmail.com Exposition canine nationale et internationale - 27 et 28 janvier 2018 à 66000 Perpignan Organisateur : Association Canine Territoriale du Languedoc-Roussillon Contact : Parc d'activites aftalion - 2 rue francois perroux 34671 Baillargues Cedex Téléphone : 04.67.70.10.05 Email : actlr34@free.fr Source  
L'obésité de nos chiens et chats
25/12/2017

L'obésité de nos chiens et chats

L’obésité est un des fléaux de notre siècle, qui n’épargne pas nos chiens et chats. La surcharge pondérale touche 50 % des chiens et chats en France . Trop souvent, la nourriture est utilisée pour entrer en relation avec notre animal de compagnie ; lui faire plaisir, l’éduquer, se déculpabiliser de l’avoir laissé tout seul la journée... On lui donne une biscotte au petit déjeuner, puis un petit morceau de fromage à midi, puis un morceau de sucre lors du café, puis quelques restes le soir..., et tout ceci, en plus de sa ration quotidienne. Quand est-ce que mon animal est considéré comme obèse ? Pour que l’on parle d’obésité, il faut que l’excès de graisse atteigne 15 à 20 % du poids physiologique optimal. Pour donner un ordre d’idée, une obésité chez le chien correspondrait aux poids suivants : - Pour un chien « mini » (York, basset, terrier…) : 7 kg - Pour un chien « medium » (Epagneul, Border collie…) : 17 kg - Pour un chien « maxi » (Labrador, Berger Allemand… : 42 kg Un chat européen type doit peser normalement environ 5 kg Quels impacts de l’obésité ? L’obésité a de nombreux effets négatifs sur nos chiens et chats . De nombreuses études scientifiques ont prouvé que l’obésité entraînait une baisse de l’espérance de vie significative (jusqu’à 2 ans chez le chien !). Outre les problèmes liés à l’obésité elle-même : difficulté à se déplacer, plus possible de jouer, difficulté à se nettoyer… , la liste des effets nocifs de l’obésité sur les animaux est longue. Les animaux obèses résistent moins bien aux infections et sont moins aptes à combattre les maladies infectieuses. Ils présentent aussi une plus forte incidence d’ arthrite , de problèmes de colonne vertébrale, de déchirures de ligaments des genoux et de troubles locomoteurs que les animaux dont le poids est normal. On observe une perte d’endurance lors d’exercice et une plus grande fatigue, qui vont jouer sur la pression sanguine. L’effort supplémentaire imposé au coeur engendre un risque d’augmentation des cardiopathies chez les animaux obèses et finit par produire une défaillance cardiaque. Les animaux obèses endurent moins bien la chaleur de l’été et beaucoup d’entre eux deviennent irritables. Chez les animaux obèses, il est plus difficile de les ausculter et de les palper, de prélever des échantillons satisfaisants et donc, de diagnostiquer correctement les symptômes d’une maladie. Étant donné que les fonctions respiratoires, hépatiques et rénales sont souvent réduites, l’anesthésie et la chirurgie représentent un plus grand risque pour les animaux obèses et le risque de voir leur plaie s’infecter est plus grand. De plus, la quantité d’agents anesthésiants est plus importante que pour les animaux de poids normal. Les chiens obèses ont 40 % de plus de risque de développer des problèmes cutanés par rapport aux animaux de poids idéal. Quels problèmes sont associés à l’obésité : - Diabète sucré : Les animaux obèses risquent davantage de souffrir d’un diabète sucré grave. - Troubles gastro-intestinaux : Les animaux obèses ont plus de problèmes de constipation, de flatulences et d’ulcères d’estomac. - Incidence accrue de cancer : On note une incidence supérieure de cas de cancer chez les animaux obèses. Ainsi, l’incidence des cancers chez les chiens obèses est de 50% plus élevée que chez les chiens de poids normal. - Diminution de la fonction hépatique : À cause de l’accumulation de gras dans le foie, le fonctionnement de cet organe est compromis chez les animaux obèses. - Hypertension artérielle : La haute pression sanguine (hypertension) s’accentue avec l’obésité, et l’hypertension accroît les risques d’insuffisance rénale et de troubles cardiovasculaires. - Fonction hormonale compromise : L’obésité ralentit la production des hormones de croissance et compromet la fonction de reproduction. Tous ces effets contribuent à raccourcir l’espérance de vie et compromettent la qualité de vie des animaux. Comment éviter que mon animal devienne obèse ? Afin de conserver à votre chien un poids idéal, quelques règles suffisent : - Conservez toujours le même aliment si l’activité est identique, mais changez d’aliment (moins énergétique) si votre compagnon est moins actif. - Respectez la quantité conseillée par votre vétérinaire ou par le fabricant lors d’une alimentation industrielle - Ne donnez pas de restes de table, votre chien n’est pas une « poubelle » - Évitez de donner des friandises, croûtes de fromages, etc…optez plutôt pour des biscuits faits pour les chiens, sans apport calorique. - Dans la mesure du possible, faites faire de l’exercice à votre compagnon - Laissez votre animal tranquille quand il mange - Ne lui donnez pas à manger à table - Ne le forcez pas à manger et ne le nourrissez pas à la main - Ne rajoutez rien à l’alimentation pour l’inciter à manger - N’enlevez pas la gamelle de votre chien quand il mange - N’utilisez pas de nourriture pour lui faire plaisir, des caresses suffisent ! - Ne pas s’inquiéter si votre animal mange moins que la quantité indiquée sur le sac d’aliments Et surtout, pesez-le régulièrement : votre vétérinaire dispose d’une balance, et peut vous aider à établir une courbe de poids. Toute variation de 5% en plus, peut et doit être corrigée en douceur ! Conclusion Les animaux en bonne santé et en forme physique vivent plus longtemps, sont plus heureux et profitent davantage de la vie. L’obésité est très souvent négligée par les propriétaires qui qualifient leurs animaux de « Bon gros matou » ou « Bon pépère ». Mais cette obésité peut avoir des conséquences dramatiques pour le bien-être et la santé de l’animal. Elle réduit considérablement l’espérance de vie et augmente fortement les risques de voir apparaître d’autres maladies, aux traitements lourds et onéreux. Demandez conseil à votre vétérinaire pour qu’il vous conseille et vous propose si nécessaire, des solutions adaptées pour vous aider à faire maigrir votre animal.
Eau, lait... : quelle boisson donner à boire à son chat ?
18/12/2017

Eau, lait... : quelle boisson donner à boire à son chat ?

Le chat doit pouvoir boire de l'eau à volonté afin de maintenir un état d'hydratation compatible avec la vie, mais pensez vous bien faire en offrant du lait à votre ami félin ? L'eau essentiel pour la vie du chat Enfin, de nombreux chats ayant accès à l'extérieur raffolent de l'eau de pluie rencontrée au hasard de leurs escapades. Cependant, qu'il vive à l'intérieur ou qu'il ait la possibilité de sortir, n'oubliez jamais de laisser à sa disposition permanente une écuelle d'eau propre que vous renouvellerez chaque jour.  L'accès à l'eau comme source principale de boisson est vital pour votre chat. En effet, son corps étant composé d'eau en majeure partie, il doit pouvoir s'abreuver à volonté afin de maintenir un état d'hydratation compatible avec la vie. En quelle quantité ?  La quantité journalière d'eau bue par votre chat est influencée par de nombreux facteurs tels que la température extérieure, une canicule augmentant fortement la quantité d'eau consommée! L'activité du chat entre aussi en compte, un chasseur actif s'abreuvera plus qu'un pantouflard d'appartement.   En outre, le type d'aliment consommé par votre chat détermine aussi fortement la quantité d'eau journalière, les aliments mous (68-78% d'eau) contenant beaucoup plus d'eau que les croquettes (8-10% d'eau). Dans ces conditions, chaque chat va consommer une certaine quantité d'eau en fonction de son mode de vie.   Cependant, on peut prendre comme repère une consommation de 40 à 60 ml d'eau par kilo par jour. Si vous mesurez la quantité d'eau dont dispose votre ami au début de la journée et la quantité restante après 24 heures, il vous est dès lors possible de savoir s'il est dans la moyenne ou s'il consomme beaucoup plus ou beaucoup moins. Ce test est irréalisable pour un chat ayant accès à l'extérieur et consommant de l'eau de pluie !   Déshydratation Lorsque votre chat ne consomme pas assez d'eau ou en perd en trop grande quantité, son corps se déshydrate, mettant rapidement sa vie en danger. Afin de constater la déshydratation de votre chat, votre vétérinaire peut effectuer un test simple: il consiste à plier la peau de l'animal qui doit se remettre en place immédiatement. Si le pli de peau persiste, votre chat est peut-être déshydraté.   Lors d'un état de déshydratation plus sévère, l'œil du chat peut aussi s'enfoncer plus profondément dans le globe oculaire. La déshydratation de votre ami doit être prise au sérieux et nécessite des examens complémentaires (prise de sang...) afin de déterminer la cause et de la traiter. En effet, l'insuffisance rénale chronique et le diabète notamment provoquent une déshydratation par fuite d'eau excessive dans l'urine et les vomissements et diarrhées induisent une perte d'eau par insuffisance d'absorption par le système digestif.   Enfin, l'anorexie et le refus de s'abreuver provoquent une entrée insuffisante d'eau dans l'organisme et sont aussi responsables de déshydratation. Donner du lait à son chat : bonne ou mauvaise idée ? Est-il utile de donner du lait à un chat ? Vous pensez bien faire en agissant de la sorte ?   En réalité, comme la plupart des autres mammifères, les chats boivent le lait de leur mère jusqu’au sevrage (6 à 12 semaines), après quoi ils étanchent leur soif avec de l’eau.   En guise de boisson, il est déconseillé d'offrir du lait à votre ami félin. En effet, après son sevrage, ses intestins vont perdre progressivement la capacité de digérer correctement le lactose et le lait peut alors devenir responsable de diarrhée.   Le lait de vache est dès lors fortement déconseillé et le lait du commerce "spécial félin" est sans utilité pour votre chat qui reçoit une alimentation de qualité dans laquelle il trouvera toutes les protéines et les graisses dont il a besoin pour rester en bonne santé. Source : http://www.chatsdumonde.com/ 
La croissance du chiot : évitez les erreurs
11/12/2017

La croissance du chiot : évitez les erreurs

La période de croissance de votre chiot est une période cruciale de sa vie : il n’en aura qu’une seule et le bon déroulement de cette phase de sa vie va conditionner sa vie d’adulte. Pour autant, un certain nombre d’idées reçues circulent encore poussant les propriétaires à commettre certaines erreurs. Voici l’essentiel à connaître pour une croissance harmonieuse de votre chiot. Établir sa courbe de croissance pour éviter les erreurs alimentaires La croissance varie en durée et en amplitude suivant la race , et en particulier selon le poids adulte. Ainsi, un chiot de petite race va multiplier son poids de naissance par 20 durant les 10 mois de sa croissance, alors que pour les races géantes, le poids est multiplié par 100 sur une durée qui peut aller jusqu’à 2 ans.   Établir une courbe de croissance prédictive permet d’évaluer un écart, et de corriger avant que des effets irréversibles apparaissent. Paradoxalement, ces risques sont plus souvent liés à des excès qu’a des carences, puisque les aliments du commerce, pour chiot, sont assez souvent élevés en calories. Comment gérer l’apport calorique ? Votre équipe vétérinaire peut vous proposer un suivi de la courbe de poids de votre chiot, et choisir avec vous l’ alimentation la plus adaptée pour lui . Pour faire simple, vous pouvez, si vous connaissez le poids estimé de votre chien quand il sera adulte, retenir qu’au sevrage (vers 2 mois), il ne doit pas prendre plus de 3 à 4 grammes  par jour et par kilo de poids adulte. Au maximum de sa croissance , (environ 2 mois pour les petites races, 3 mois pour les moyennes, 4 mois pour les grandes races de plus de 25 kg, et autour de 5 mois pour les races géantes) ce gain de poids quotidien est de 4 à 5 g par jour et par kilo de poids adulte. Pour les races à risque de surpoids ou sensibles au niveau ostéo-articulaire, il est préférable de se situer sur le chiffre bas. Au maximum de ses besoins alimentaires (autour de 3-4 mois pour les petites races, 4-5 mois pour les moyennes, 5-6 mois pour les grandes races de plus de 25 kg, et autour de 7 à 8 mois pour les races géantes), votre chiot doit recevoir 10% de calories en plus que ce qu’il recevra adulte. Notons qu’à ce point de sa croissance votre chiot atteint les deux tiers de son poids adulte. Ensuite, l’apport calorique doit être diminué sinon, votre chiot risque de développer du tissu adipeux et donc d’être plus facilement en surpoids. Quels risques durant la croissance ? La suralimentation ! Chez les races de petit gabarit (mois de 20 kg), une alimentation trop riche ou donnée en quantité trop importante entraine une prise de poids trop importante par développement de tissus gras. Chez les grandes races et les races géantes, une alimentation trop riche commence par accélérer la croissance staturale : le chiot est grand et maigre. En persistant à suralimenter le chiot, du tissu gras se dépose. Dans les deux cas, le surpoids, qu’il soit « gras » ou « maigre », va conduire à des troubles : malformations articulaires et obésité en particulier. Retenir : Il ne faut jamais nourrir un chiot à volonté, il y a des risques à suralimenter ! Articulations : le calcium en excès est dangereux Là également, on rencontre un certain nombre d’informations dangereuses. Durant les 5 premiers mois de sa vie, votre chiot n’est pas capable de se protéger d’un excès de calcium dans son alimentation. Si son alimentation est trop dosée en calcium, il risque de déposer ce calcium dans ses cartilages de croissance ce qui va provoquer des anomalies ostéo-articulaires irréversibles. Ajouter du calcium à une alimentation formulée pour les chiots peut donc s’avérer dangereux, et n’apporter aucun bénéfice. Votre vétérinaire et son équipe peuvent vous conseiller sur ce point. Pour limiter les défauts de croissance ostéo-articulaires de votre chiot, bien surveiller son alimentation est indispensable. Il est également conseillé de limiter tout exercice intense en pente (montée ou descente) : le poids est alors déporté sur les antérieurs ou les postérieurs et sollicite trop ses articulations très fragiles. Quelle surveillance et quels risques faut-il prévenir ? Les vaccins Votre chiot va sortir, grandir, développer son caractère et trouver sa place dans la famille. Avec votre vétérinaire, établissez son programme de prévention. Nous avons déjà vu les risques liés à l’alimentation qui devra être adaptée régulièrement, et si nécessaire, modifiée. Votre chiot est peut-être déjà vacciné, mais n’oubliez pas qu’un jeune a besoin de plusieurs injections vaccinales pour que la protection soit efficace. Certains vaccins sont effectués vers l’âge de 6 mois et en tout cas, séparément des vaccins courants. En fonction de votre région, de vos sorties ou voyages, il pourra être utile de protéger votre chiot de façon plus complète. Les parasites Les parasites internes et externes peuvent affecter la croissance de votre chiot. Un programme antiparasitaire est donc indispensable, programme qui doit être continué lorsque votre chiot sera adulte, en l’allégeant au besoin. Apporter suffisamment de protéines pour la construction musculaire. Une idée reçue voulait il y a encore quelques années (idée qui circule encore hélas !) qu’une alimentation très protéinée soit préjudiciable à la croissance des chiots. De nombreuses études sont venues démontrer depuis qu’au contraire, c’est la restriction inadaptée qui est préjudiciable. Votre chiot doit donc recevoir une alimentation suffisamment protéinée pour développer harmonieusement sa masse musculaire. Le comportement de votre chiot va aussi se développer. Afin qu’il trouve sa place au sein de votre foyer, une éducation appropriée est nécessaire. C’est au plus tôt qu’il vous faut mettre en place cette éducation. Au moment de la puberté, la mise en place des hormones sexuelles induit des modifications qu’il faut connaitre et maitriser. Votre vétérinaire peut vous aider à bien conduire cette éducation. Si vous ne souhaitez pas faire reproduire votre chiot, envisagez la stérilisation. Elle a plus d’avantages que d’inconvénients, et ces inconvénients (prise de poids essentiellement) peuvent être prévenus efficacement. N’hésitez pas à consulter nos autres fiches. La surveillance du squelette Durant la phase de croissance, et en particulier autour du « pic de croissance » , il est conseillé de peser votre chiot toutes les deux semaines, de surveiller ses aplombs et d’adapter son alimentation en fonction de sa courbe de croissance. Son programme d’éducation doit aussi être adapté, autant pour développer correctement son caractère que pour limiter les risques ostéo-articulaires. Demandez à votre vétérinaire et à son équipe quel est le suivi idéal pour votre chiot en fonction de sa race, de son gabarit adulte et de votre mode de vie. Une croissance harmonieuse est garante d’un chien équilibré, en bonne santé, et fonde les bases de sa longévité à vos côtés. Conclusion : La croissance de votre animal est unique. Elle dépend de nombreux facteurs (race, mode de vie…) et se doit d’être maitrisée pour garantir un squelette et des organes en bonne santé une fois adulte . L’équipe de votre clinique vétérinaire possède les connaissances et les compétences nécessaires pour vous informer, vous conseiller et vous guider tout au long de la croissance de votre chiot.  
Séances de confirmation et manifestations canines - Décembre 2017
04/12/2017

Séances de confirmation et manifestations canines - Décembre 2017

  Expositions régionales d'élevage 02 décembre 2017 à Rouen 76000 Organisateur : Association Francaise du Cane Corso Contact : Denis Vernon 72 impasse de la mairie 74350 Villy Le Pelloux Téléphone : 04.50.08.87.79 Email : president.leonberg@hotmail.fr 02 décembre 2017 à Rouen 76000 Organisateur : Club Francais du Bullmastiff et du Mastiff Contact : Anne-Marie Class Hervault 36240 Ecueille Téléphone : 02.54.40.29.51 Email : Amclass@aol.com Exposition canine nationale 09 décembre 2017 à Nantes 44000 Organisateur : Association Canine Territoriale Club Saint Hubert de l'Ouest Contact : Ginette Bourasseau La grandville 44810 Heric Téléphone : 02.40.79.19.82 Email : cfatdt@wanadoo.fr Expositions canines internationales 02 décembre 2017 à Rouen 76000 Organisateur : Association Canine Territoriale de Seine-Maritime Contact : Joelle Martin 38 rue de la mare trou petit 76500 La Londe Téléphone : 02.35.87.79.61 Email : joda.martin@orange.fr 03 décembre 2017 à Rouen 76000 Organisateur : Association Canine Territoriale de Seine-Maritime Contact : Joelle Martin 38 rue de la mare trou petit 76500 La Londe Téléphone : 02.35.87.79.61 Email : joda.martin@orange.fr 10 décembre 2017 à Nantes 44000 Organisateur : Association Canine Territoriale Club Saint Hubert de l'Ouest Contact : Ginette Bourasseau La grandville 44810 Heric Téléphone : 02.40.79.19.82 Email : cfatdt@wanadoo.fr Source  
Vendre un chiot ou un chaton, que dit la réglementation ?
13/11/2017

Vendre un chiot ou un chaton, que dit la réglementation ?

Que vous soyez éleveur amateur ou professionnel, la cession d’un chiot ou d’un chaton comporte un certain nombre d’obligations réglementaires . Celles-ci sont régies par une ordonnance publiée dans le cadre de la loi d’avenir pour l’agriculture, l’alimentation et la forêt (Article 55-6 de la LOI n° 2014-1170 du 13 octobre, JORF n°0238 du 14 octobre 2014 page 16601, précisé par l’Ordonnance n° 2015-1243 du 7 octobre 2015 relative au commerce et à la protection des animaux de compagnie) et applicable depuis le 1er janvier 2016. Le propos de cette ordonnance est de préciser le seuil de déclaration de l’activité d’élevage de chiens et de chats tout en préservant « l’activité des éleveurs professionnels comme non professionnels qui garantissent la pérennité des races et des espèces et contribuent au maintien de la filière nationale de génétique collective. » Le seuil de déclaration commence au premier chiot ou chaton : L’objectif affiché est de dissuader les particuliers de faire porter leurs chiennes ou leurs chattes pour le plaisir, et ainsi tenter de contribuer à limiter le nombre d’abandons en limitant l’offre et en organisant la traçabilité de la filière. Selon cette réglementation, est considéré comme éleveur toute personne vendant au moins un chien ou chat issu d’une femelle reproductrice lui appartenant . Ainsi pour vendre un chiot ou un chaton, vous devez préalablement vous déclarer auprès de la chambre d’agriculture et obtenir un numéro SIREN . Vous pouvez obtenir cette immatriculation sur le site internet SIRENE, à la rubrique «Déclarer son entreprise» , puis en suivant le lien vers le centre de formalités des entreprises (CFE) dont vous dépendez, ou plus directement, sur le site Chambres d’Agriculture en recherchant votre région pour déclarer votre activité. Un formulaire peut être téléchargé et renvoyé par courrier . La demande est alors traitée par l’INSEE qui attribue le numéro de SIREN à neuf chiffres, le plus souvent sous 48 heures ouvrables. Quel que soit le nombre de chiots ou de chatons vendus, l’ensemble des revenus issus de la vente sont à déclarer au titre des bénéfices non commerciaux , et sont soumis à l’impôt sur le revenu. Je souhaite passer une annonce, quelle sont les obligations ? Les mentions obligatoires pour la publication d’une annonce de vente de chiots et de chatons sont clairement établies, que ce soit par voie de presse ou sur internet. Vous devez faire figurer l’âge des petits, leur éventuelle inscription au livre des origines (LOF pour les chiens, LOOF pour les chats), leur numéro d’identification (ou celui de la mère), le nombre de petits dans la portée, et enfin le numéro de SIREN. Le non-respect de ces disposition est passible d’une contravention pouvant aller jusqu’à 750 euros. En cas de fraude constatée sur le numéro de Siren, l’amende s’élève à 7500 euros. Une dérogation pour le cas des chatons LOOF et des chiots LOF : Les éleveurs amateurs dont les chiens et chats sont inscrits aux livres des origines (LOF ou LOOF), ne sont pas tenus de cette inscription s’ils ne produisent pas plus d’une portée par an et par foyer fiscal. C’est alors le numéro de déclaration de portée qui permet d’assurer la traçabilité, l’origine du jeune pouvant être vérifiée dans les registres. Ce numéro est transmis à l’éleveur une fois les petits identifiés. Pour le LOOF, ce numéro est constitué ainsi : LOOF – n° de dossier – année de naissance – ordre d’inscription Quelles sont mes obligations lors de la cession ? Au moment de la vente, les chiots et chatons doivent être âgés de plus de huit semaines et identifiés . Ils doivent être munis d’un certificat vétérinaire attestant du bon état de santé du jeune lors de la cession, certificat qui peut être établi lors de l’identification. Pour éviter les achats impulsifs (l’ordonnance dit « compulsifs »), la cession ne peut se faire que dans un lieu spécifiquement dédié, c’est-à dire hors de tout lieu non consacré aux animaux de compagnie . Une attestation de cession doit être fournie. Au-delà, les caractéristiques et les besoins du jeune doivent être précisés. Comment vendre un chien ou chat adulte ? Si vous souhaitez vendre votre chien ou chat adulte, et qu’elle qu’en soit la cause, si vous ne disposez pas d’un numéro de portée ou de SIREN, la vente est possible, mais vous ne pouvez alors diffuser aucune annonce le concernant. Et si je souhaite faire plusieurs portées par an ? Au-delà de ces obligations, nécessaire de suivre une formation à l’élevage auprès d’un établissement agréé par le Ministère de l’Agriculture. Depuis le 1er janvier 2016, il n’est plus nécessaire de demander un certificat de capacité en préfecture. L’attestation obtenue après les formations « CCAD (Certificat de Capacité destiné à l’exercice des activités liées aux Animaux de compagnie d’espèce Domestiques) délivrée par la DRAAF (Direction Régionale de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Forêt) après évaluation individuelle est suffisante. Les anciens certificats restant valides. Je souhaite donner un chiot ou un chaton, la réglementation est-elle la même ? La cession gratuite ne nécessite pas d’obtenir un numéro de SIREN . Pour autant les autres obligations doivent être respectées lors de la publication des annonces, la mention « gratuit » doit apparaitre clairement. Le certificat vétérinaire doit également obligatoirement être fourni à l’acquéreur, et là aussi seuls des chiots et chatons identifiés et âgés de plus de huit semaines peuvent être donnés. La notion d’éleveur « particulier » s’est donc légalement effacée depuis le 1er janvier 2016, au profit de la notion d’éleveur amateur ou d’éleveur professionnel. L’objectif de la loi, outre la clarification du marché, vise à la fois à protéger les acheteurs et les vendeurs, mais aussi les chiots et les chatons, en garantissant l’origine des animaux et le sérieux des vendeurs. Le législateur espère que cette réglementation permettra également de limiter les abandons et de limiter les trafics. Ainsi, dès le premier chiot ou chaton, toute personne vendant ou donnant le produit d’une chienne ou chatte lui appartenant est tenu de respecter des règles précises.  
Le tabac, un danger pour votre compagnon ?
06/11/2017

Le tabac, un danger pour votre compagnon ?

Tout le monde connaît les effets du tabac, passif ou non, sur les hommes, femmes et enfants. Et les animaux ? Cinquante des quatre cents substances chimiques contenues dans les cigarettes sont réputées cancérigènes. Même si un animal ne fume pas, les résidus de la fumée de cigarette sont présents dans l’habitat d’une personne fumeuse. En effet, ils se déposent dans l’environnement puis sont remis en suspension dans l’air. Cela constitue une toxicité non négligeable pour tous les individus, humains ou animaux. Toutefois, pour les animaux, qui vivent plus près du sol, qui se lèche le pelage…, l’exposition est d’autant plus importante .  Ainsi, même si un animal n’est pas présent lorsqu’une personne fume, il peut être exposé aux risques du tabagisme passif. Quels sont alors ces risques ? De nombreuses pathologies peuvent alors apparaître : allergies, bronchites et difficultés respiratoires. L’animal est plus essoufflé et supporte moins l’effort. Les risques de développer un cancer sont aussi augmentés. Lapins, cobayes, hamsters, furets ou autres nouveaux animaux de compagnie y sont aussi très sensibles. Même les poissons d’aquarium peuvent subir les méfaits de la cigarette ! En effet, les résidus présents dans l’environnement peuvent contaminer l’eau mais la personne fumeuse, en trempant ses doigts dans l’eau, peut aussi mettre en danger ses poissons. D’autre part, nos compagnons peuvent aussi être touchés en ingérant un ou plusieurs mégots. Cela est également un problème pour tous les animaux de la faune sauvage. Un animal souffrant d’une telle intoxication à la nicotine présente, généralement en moins d’une heure, des symptômes tels qu’une excitation, des halètements, de la salivation et des troubles digestifs (vomissements et diarrhée) puis une faiblesse musculaire avec tremblements, convulsions, tachycardie… Lorsque la dose ingérée est très importante, l’animal peut tomber dans le coma pouvant aller jusqu’à la mort. A savoir : Les mégots contiendraient 25 % du contenu total de nicotine de la cigarette. Et la cigarette électronique ? Si un fumeur d’e-cigarettes ne mets pas en danger son entourage avec des agents cancérigènes, des particules solides ou à du monoxyde de carbone, les cigarettes électroniques contiennent des produits chimiques irritants et de la nicotine. Toutefois, aucune étude n’a permis d’établir des effets néfastes pour l’entourage d’une personne adepte de la cigarette électronique. Mais, l’e-cigarette représente  aussi un risque pour les animaux par contact direct ou ingestion d’e-liquide. Et, pour ceux qui veulent arrêter, les solutions telles que les patchs et gommes à mâcher, riches en nicotine, constituent aussi un danger si un animal en ingère. Pour tous les fumeurs détenteurs d’animaux, voici quelques conseils pour limiter les effets néfastes du tabac sur vos compagnons . Il est, en effet, important de limiter leur exposition à la fumée de cigarette. Pour cela, fumez à l’extérieur ou, tout du moins, à la fenêtre : vous limiterez les dépôts de substances dangereuses dans votre environnement et celui de votre compagnon. Ensuite, soyez vigilant : videz les cendriers très régulièrement, mettez vos cigarettes ou autres produits contenant de la nicotine (patchs, gommes…) hors de portée de votre animal !  
Séances de confirmation et manifestations canines - Novembre 2017
30/10/2017

Séances de confirmation et manifestations canines - Novembre 2017

  EXPOSITION NATIONALE D'ELEVAGE 04 novembre 2017 18700 Aubigny Sur Nere Contact : Marie-France Varlet 190 route du boulay 78950 Gambais Email : mfvarlet@sfr.fr 04 novembre 2017 57000 Metz Contact : Jean Blangino Villa anna maria 1 avenue des mousquetaires 06100 Nice Téléphone : 04.93.51.77.44 Email : jean.blangino@wanadoo.fr EXPOSITION REGIONALE D'ELEVAGE 18 novembre 2017 47700 La Reunion Contact : Annie Pouvesle Les cottats Route de saint martin 89330 Verlin Téléphone : 03.86.91.17.70 Email : annie.pouvesle@gmail.com 18 novembre 2017 24140 Le Mans Contact : Dominique Thomann Lieu dit le maine 24140 Maurens Téléphone : 05.53.61.02.42 Email : domi-cfba@orange.fr 25 novembre 2017 13500 Martigues Contact : Pierrette Escoffier 331 rue chopin 01000 St Denis Les Bourg Téléphone : 04.74.32.04.07 Email : pierrette.e@orange.fr EXPOSITION CANINE NATIONALE 04 novembre 2017 54370 Metz Contact : Claude Dopp 10 grande rue 54370 Bezange La Grande Téléphone : 03.83.71.71.75 Email : cldopp1@orange.fr EXPOSITION CANINE NATIONALE 19 novembre 2017 Tarbes Contact : Richard Capel 3 rue du vert galant 65350 Boulin Téléphone : 05.62.33.29.44 Email : capelboulin@gmail.com 19 novembre 2017 Le Mans Contact : Pascal Hinque 74 rue de la tour d auvergne 72200 La Fleche Téléphone : 02.43.48.23.40 Email : afbs.hinque@wanadoo.fr 25 novembre 2017 97000 Baie Mahault Contact : Eloi-Fred Lucien Des ravinieres Rue marin bonine 97139 Les Abymes Email : frdlucien@gmail.com EXPOSITION CANINE INTERNATIONALE 05 novembre 2017 54370 Metz Contact : Claude Dopp 10 grande rue 54370 Bezange La Grande Téléphone : 03.83.71.71.75 Email : cldopp1@orange.fr 25 novembre 2017 13000 Martigues Contact : Jean-Jacques Morbelli 15 avenue de la rade 83430 St Mandrier Sur Mer Téléphone : 04.94.22.34.03 Email : jeanjacques.morbelli@neuf.fr 26 novembre 2017 83000 Martigues Contact : Jean-Jacques Morbelli 15 avenue de la rade 83430 St Mandrier Sur Mer Téléphone : 04.94.22.34.03 Email : jeanjacques.morbelli@neuf.fr Source  
1234